frame-6.png
YuhLearn / Épargner

L’épargne: premier pas indispensable vers la richesse

frame-6.png

Quelle que soit notre vie, 95% de ce que nous pensons, ressentons et faisons est déterminé par nos habitudes. Et les finances n’y échappent pas! Le pouvoir de l’épargne peut te permettre d’accomplir, en quelques années seulement, davantage que la plupart des gens dans toute une vie. Découvre de quelle manière.

Même s’il n’est pas nécessaire d’avoir de l’argent pour faire de l’argent, constituer un capital est le premier pas vers l’indépendance financière. Au lieu de raisonner en termes d’accumulation ou d’épargne, 95% des gens préfèrent malheureusement dépenser en profitant de chaque pièce gagnée, si ce n’est pas de toutes celles qu’ils peuvent emprunter à des amis ou auprès d’établissements de crédit. Enfant, qui n’a pas considéré la tirelire imposée par nos parents comme une punition qui privait d’un accès immédiat à des bonbons ou des jouets? Voilà qui explique en partie pourquoi l’individu lambda associe l’épargne à la douleur, sans compter que l’être humain est, par nature, enclin à préférer la facilité… Mais bien souvent, les personnes qui vivent dans l’abondance ont pris, dès leur plus jeune âge, l’habitude d’épargner régulièrement et d’investir. Quelle que soit l’habitude que tu as choisie jusqu’ici, rien ne t’empêche d’en changer dès aujourd’hui pour atteindre les objectifs financiers dont tu as toujours rêvé.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières

Tu l’auras peut-être déjà observé: les gens aisés qui roulent en voiture de sport, vivent dans les quartiers chics, s’offrent sans cesse des habits de marque ou des montres de luxe ne représentent pas la majorité. En réalité, la plus grande partie d’entre eux n’achètent presque jamais du neuf lorsqu’ils peuvent acheter de l’occasion. Ils ne paient jamais cash un bien qu’ils peuvent obtenir en leasing. Ils ne prennent jamais un bien en leasing s’ils peuvent le louer. Ils ne louent jamais un bien s’ils peuvent l’emprunter… Pour donner un nouveau tournant à tes finances, rien ne sert donc de t’acheter des tickets de loterie, de jouer au casino ou de compter sur la chance. À ceux qui diront que gagner plus est la solution première à l’enrichissement, je leur répondrais que la fameuse loi de Parkinson nous dit bien que les dépenses s’alignent toujours sur le montant du revenu. (Comme quoi, écouter à l’école pourra quand même te servir plus tard!) Il importe donc d’acquérir l’état d’esprit lié à la richesse et de faire d’une relative frugalité ton nouveau mode de vie: «Dépense moins que ce tu gagnes et épargne la différence» doit devenir ton mantra! En gros, tu dois inverser la vapeur et ressentir de la satisfaction chaque fois que tu penses à épargner ou à accumuler, et de l’inconfort dès que tu envisages de dépenser ou de jeter ton argent par les fenêtres. Je te garantis que de voir le nombre de chiffres de ton compte bancaire s’allonger te rendra rapidement accro, au point de te motiver à dépenser encore moins et à épargner toujours plus! Le simple fait de penser à tes finances va considérablement améliorer les décisions que tu prendras à leur égard. En investissant plus de temps dans la gestion de ton argent tu prendras inévitablement de meilleures décisions et obtiendras de meilleurs résultats.

Charité bien ordonnée commence par soi-même

Dans son best-seller «L’homme le plus riche de Babylone», l’américain George Clason a écrit que la clef de la réussite financière est de se payer en premier. Il recommande d’épargner au moins 10% de son revenu avant toute dépense durant l’intégralité de sa vie active. Nous sommes des créatures d’habitude et nous nous adaptons très vite à presque toutes les modifications de notre environnement. Si tu épargnes 10% de ton salaire et tu t’obliges à vivre avec les 90% restants, tu vas très vite t’adapter à un train de vie légèrement inférieur, ne plus y penser et te sentir tout aussi à l’aise avec ce montant moins important. Si tu as des dettes ou que l’idée d’économiser 10% de ton revenu te paraît impossible à envisager, commence par épargner 1% de ton salaire puis augmente progressivement ce pourcentage, mois après mois. Poursuis dans cette voie jusqu’à ce que tu épargnes 15 puis 20% de ton revenu. Grâce à cette modification graduelle, tu ne remarqueras même pas la différence mais tes finances atteindront un tout autre niveau. Ainsi, au bout d’un an, tu auras quelques centaines de francs sur ton compte bancaire et dans dix ou vingt ans, plusieurs centaines de milliers, voire peut-être même un million. «Vous êtes jeune!», comme me le répète souvent ma boulangère (toujours très philosophe et surtout peu avare en compliments), donc le meilleur moment pour commencer (oui, je te parle à toi qui me lis à l’instant!), c’était hier, et le deuxième meilleur moment pour commencer, c’est maintenant!

Un partenaire financier adapté pour plus de facilité

Tu l’auras compris, augmenter sa fortune n’est pas l’apanage des ultra-riches, et de simples habitudes – à grand renfort de discipline et de répétition – peuvent changer radicalement ton avenir financier. Sois prêt-e à payer le prix aujourd’hui pour payer tous les prix demain! Oui, la patience est le secret… La plupart des fortunes ont été constituées sur la durée, en se basant sur une accumulation incrémentale lente, grâce aux intérêts composés qu’Einstein lui-même a qualifié de plus grande puissance de l’univers. En effet, lorsque ton argent fait des petits, ce dernier principe s’applique à lui-même et la somme fructifie encore plus. Dernier détail et pas des moindres: n’hésite pas à utiliser les outils financiers de dernière génération pour que l’argent soit à ton service et non l’inverse… Le mieux est donc de développer des «paniers» d’épargne où l’argent ne circule que dans le sens des dépôts. Tu pourras ainsi mesurer régulièrement ta progression jusqu’à ce que ton objectif soit atteint. Ajoute à cela la mise en place d’un ordre permanent pour l’alimenter sans t’en inquiéter et le tour est joué! Alors, prêt-e à entamer ce marathon de la richesse?