frame-3.png
YuhLearn / Payer

Tu n’es sûrement qu’à un pas de la réussite financière

frame-3.png

C’est probablement parce que l’argent est encore tabou que beaucoup de personnes pensent qu’il s’agit d’un sujet complexe, réservé à une certaine élite. Pourtant, il suffit souvent de quelques bonnes informations, d’un partenaire financier sérieux et, surtout, d’un état d’esprit ouvert pour propulser ses finances à un tout autre niveau.

Démystifier le monde de l’argent

Mort, sexe, argent… Voici le top 3 des sujets qui restent encore tabous dans nos sociétés modernes. Si je pose ces quelques mots en ouverture de ma première contribution sur YuhLearn, voilà qui m’assure un référencement du tonnerre! Mais là n’est pas le but. Il s’agit plutôt de te donner envie de poursuivre la lecture au-delà du premier paragraphe… Si tu le veux bien, je te propose de laisser les deux premiers sujets pour plus tard (je reviendrai!) et d’aborder sans tarder celui qui nous intéresse ici (et qui peut d’ailleurs nous conduire aux deux autres): l’argent. Certains préfèrent l’appeler fric, blé, flouze, oseille, cash, pognon, pépètes, thune, pèze, maille, moulaga, biff... Bref, tu m’as compris. Si la sphère financière évoque plus volontiers les mots monnaies, liquidités, espèces ou devises, je te rassure, nous parlons de la même chose. Et c’est bien là le problème!

The more you learn, the more you earn

L’utilisation d’un jargon spécifique nous donne souvent l’impression d’un domaine compliqué, incompréhensible, pour ne pas dire insaisissable, qui n’est pas fait pour nous. L’inconnu fait peur et c’est le propre de l’homme. Pourtant, les choses peuvent rester simples et devenir parfaitement assimilables pour Monsieur et Madame Tout-le-monde, à condition d’être guidé. Tiens, pourquoi nous n’apprenons pas le fonctionnement de l’argent à l’école?

Sans vouloir flatter mon égo, parlons de mon cas. Plutôt que d’assimiler des termes financiers un peu barbares (et inutiles) tels que prospérité, récession, inflation ou déflation, je préfère me concentrer sur les outils financiers (et utiles) qui me permettent de profiter de ces différents contextes économiques. Ainsi, en période de prospérité ou d’inflation, je me concentre sur l’achat d’actions, tandis qu’en temps de récession ou de déflation, je préfère me procurer des obligations. Et ça fonctionne pour moi! Tu as sûrement une montre au poignet qui te permet de connaître l’heure, mais tu n’as pas forcément besoin de comprendre tous les rouages de son mécanisme pour t’en servir. Tu comprends?

Je ne dis pas que n’importe qui peut devenir le nouveau Jordan Belfort ou Warren Buffett en un claquement de doigt mais, souvent, seules quelques bonnes informations suffisent pour investir son argent comme un véritable pro. Le premier conseil que je pourrais te donner est de te rapprocher d’un partenaire financier sérieux, régulé et à ton écoute.

Nous créons nos propres limites

Pour le reste, seules une ou deux bonnes informations peuvent te suffire à faire fructifier tes économies. Encore une fois, nous pourrions blâmer l’école de ne pas nous avoir appris ce genre de choses, ou le ciel de ne pas nous avoir fait naître fils ou fille de banquier. Et si je te disais que tu croises le principal responsable de tes lacunes financières chaque matin devant le miroir? Nous pensons souvent que notre situation ne dépend pas de nous. Rien n’est plus faux! Si la plupart des gens procrastinent ou échouent dans l’atteinte de leurs objectifs, c’est justement parce qu’ils ne se sentent pas responsables de leur situation.

Peu de gens le diront, mais la réussite en trading (comme ailleurs) découle à 80% de psychologie et à 20% de stratégie. Comment expliquer, à situations égales, que deux personnes obtiennent des niveaux de réussite différents? Parce qu’elles n’ont pas la même force dans l’adversité. Les pertes font incontestablement partie du trading et seuls ceux qui sauront les gérer pourront espérer devenir un jour de meilleurs traders. Par conséquent, avant d’en apprendre plus sur les «tips & tricks» pour faire fructifier tes économies, voici trois questions. Quelles sont tes croyances par rapport à l’argent? Que représentent les riches à tes yeux? Que ressens-tu quand tu perds un gros billet de banque de ton porte-monnaie? L’argent peut générer de la peur chez l’individu qui n’en gagne pas assez, comme de l’avidité chez celui qui en gagne trop. C’est en faisant table rase de ces sentiments – parfois destructeurs – que tu pourras aborder sereinement tes premiers pas dans le monde de l’investissement.

Allez, je dois te laisser, je viens d’apercevoir une cassure de trendline sur le câble... À très vite!